top of page
Paysage de campagne

LILLE - PARIS

226km à pied en 72 heures.

Jour 1

Il est 17h00 ce jeudi 4 mai 2023. Je sors de ma soutenance de fin d’année en chemise, pantalon et chaussures de ville. 

Ça y est, l’année scolaire est finie, je sens que je vais rentrer chez moi, mais pas encore. 

 Je troque mon costume pour une tenue de randonnée. 

Dans le hall de cette entreprise de mode, tout le monde me dévisage. Mais qui est ce gars ? 

 

Départ de Roubaix pour la citadelle de Lille où je vais dire au revoir à mes amis et où j’aurai le droit à une dernière gorgée de notre tendre bière Lilloise.

 

C’est parti !

 

Premier objectif : Douai

Le but est d’y dormir. La distance est de 34km et il est 18h. 

Après 2 heures de marche, je m’arrête dans un petit village où je mange un gros plat de pâtes carbonara. Poser mon sac soulage mes épaules. Après 30 minutes de pause, c’est reparti. La nuit tombe, le temps se rafraîchit et, sortie de nulle part, 10 minutes d’averse me tombe dessus. 

 

J’ai 3 jours de marche et 3 jours de pluie de prévu. Mère nature m'a directement mis dans le bain. Il est 01h00 et j’arrive à Évin-Malmaison, à quelques kilomètres de Douai. Je décide néanmoins de m’arrêter et je passe ma premiere nuit de SDF, caché sous un porche entre deux poubelles. 

Jour 2

Il est 05h00, le réveil sonne. Je me mets rapidement en route en direction de Péronne. Deux heures plus tard j’atteins Douai, le premier objectif de ce défi. Ça fait plaisir. 

Il reste néanmoins 55km, soit environ 12h de marche. Quelques kilomètres plus tard, la douleur commence à se faire ressentir. Arrivé à Hermies, direction la pharmacie. Je ne le savais pas encore, mais c’était le début de  mes 2 tendinites. Gros moment de doute à ce moment alors que ce n’était que le début. La vingtaine de kilos de mon sac devenait de plus en plus lourd, et la fatigue arrivait. Mon père me propose de me retrouver à Péronne pour m’aider à finir. 

 

Je refuse et je me remets en route. Cette marche est un défi contre moi-même. 

 

Arrivé à Péronne à 00h00, je mange et m’empresse d’aller dormir, cette fois-ci sous le porche d'entrée de Carglass. Mais heureux d’avoir bouclé les 100km. 

Jour 3

Le réveil sonne à 04h00 ce matin. L’objectif du jour : Estrées-Saint-Denis (ESD) à 62km. 

Jusqu’à Roye, la douleur est vive et je commence à boiter. Un bon restaurant et un passage par la pharmacie vont me rebooster. J’enveloppe mes pieds, change mes semelles et je repars. La route jusqu’à  ESD se passe bizarrement mieux. Mais dans les 10 derniers kilomètres, la douleur revient. C’est en boitant que j’arrive en pleine nuit vers 00h30

Étirements, soins et 3ème nuit sous un préau de supermarché marque ma soirée. Mais je sais que demain sera ma dernière journée

Jour 4 (et le dernier)

Le réveil sonne à 01h00 ce matin. 

L’objectif du jour : Paris à 66km. 

Cette journée sera marquée par de la marche forêt. La boue soulage mes jambes. Ça fait du bien d’éviter le bitume. Une pause à Senlis s’impose avant d’attaquer la traversée de Chantilly.

Mes jambes me lâchent ainsi que mon dos, mais pas ma tête. J'avance, dans la souffrance et dans le silence en comptant les kilomètres.

 

Poussé par les encouragements, c’est autour de 19h00 que je touche le panneau Saint-Denis

C’est la délivrance. 

Mes parents m’attendent, je me vois déjà dans mon lit, après une bonne douche et un bon repas. 

Je ne tiens plus debout, mais j’ai réussi. 

 

Vite au dodo, demain mon stage commence...

bottom of page